Suivez-nous!

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
!! ATTENTION, Changement d'ordre des récits, l'ordre descendant est l'ordre chronologique maintenant (plus logique et plus simple à lire lorsqu'on n'aura pas eu le temps de mettre à jour le site pendant plusieurs jours) !!

Cliquez pour agrandir l'image

Où en sommes nous? 





13/11/2011
34 jours de route
5820 kms parcourus
Lieu Actuel: Torres del Paine (Chili)

5 juillet 2011


Départ prévu le 30 septembre 2011.................................................

Encore 87 jours et c'est le départ en avion! Enfin , normalement, n'est-ce pas Isabelle  

Ca y est, les enfants sont chez les grands-parents depuis quelques jours, et nous, on est dans les cartons, le déménagement est prévu vendredi!!

87 jours, ça semble beaucoup mais voyez donc ce qu'il nous reste à faire:

  • déménagement le 8 juillet (garde-meuble)
  • on va chercher notre  camping-car le 9 juillet
  • départ pour Nîmes le 13 juillet

A partir de là, c'est bronzette, piscine, grillades et apéro chez les parents, les vacances, quoi!     

Il faut juste qu'on trouve un peu de temps pour:

  • aménager notre future maison ( rangement, grille de séparation....)
  • acheter le matériel nécessaire à notre futur bien -être quotidien (table et chaises de camping, rallonge, serviettes de bain en micro-fibre de "Décathlon", bien sûr, vaisselle, boules Quiès..........)
  • choisir entre les draps ou les sacs de couchage (d'ailleurs, la question du jour de notre site est: "draps ou sacs de couchage pour les TRIVES? ", merci pour vos réponses  . N'empêche que si on choisit pas , on part pas
  • obtenir la date de départ du cc au Havre
  • recevoir les cours du CNED
  • trouver un hotel pour notre séjour à  Buenos Aires en attendant le cc
  • se faire vacciner contre la rage
  • aller chez le dentiste, enfin chez Kikine!
  • et accessoirement savoir où on va aller une fois arrivés sur le continent sud-américain
  • et j'oubliais, fêter la 1ère communion de Thomas le 6 août !

3 août 2011



Presqu'un mois sans nouvelles!!!!
Rassurez-vous, une fois en voyage, on devrait avoir plus de temps à consacrer à notre site, enfin, je l'espère

Qu'est-ce qui s'est passé depuis le 5 juillet?

Pour résumer:

  • On a vendu la maison et comme le disent les enfants, on est "S.D.F." ! On a quand même un toit, celui des grands-parents.

  • On a notre camping car (voir rubrique), on le prépare au départ.

  • José est officiellement en congé, mais J.B. peut continuer à l'appeler tant qu'il veut

  • On a commencé nos achats, surtout vestimentaires.
Cliquez pour agrandir l'image

Et la mode sera aux couleurs vives et aux tissus qui sèchent vite
Les couleurs vives pour se repérer facilement  dans la foule
Les vêtements "spécial rando" au séchage rapide ce qui nous facilitera la vie.
Inutile de vous dire qu'on a fait monter les actions d'une  certaine marque de sport  ( du coup, nos actions ont elles-aussi monté :) )
En gros, nous avons prévu 3 T-shirts manches courtes chacun, 1 T-shirt manches longues, 1 sweat, 1 polaire, 1 coupe-vent, 1 K-way, 1 pantalon et 2 ou 3 pantacourts et bermudas, 1 paire de chaussures de marche et 1 paire de sandales, quelques shorts et un maillot de bain.
On verra ce que ça donne.

  • Le camping car part du Havre le 5 septembre et arrive normalement le 30 septembre.

  • Les enfants sont inscrits au CNED, Thomas et Matthias ont déjà reçu leurs cours, quant à Sara , elle pourra commencer sa 5ème en ligne  début septembre.
                          *  nous avons donc 2 fois 8 modules de 5,500kgs chacun ( nous appréhendions cette charge, mais finalement ce n'est pas trop imposant).
                          * il nous reste maintenant à nous familiariser avec cette méthode de travail, afin d'être au point pour notre départ et ne pas perdre de temps une fois sur place.


  • Nous avons réservé un hotel à Buenos Aires pour les nuits du 1er et 2 octobre avant de récupérer le cc, nous avons choisi le "Hostel Tango Argentina" , histoire d'être déjà dans l'ambiance

21 août 2011



En 18 jours, nous avons terminé l'aménagement du cc, nous l'avons rempli pour voir si "tout" rentrait et ça rentre
Tout le monde nous a conseillé de faire une petite sortie avant la "grande".
Alors, nous avons choisi une destination, genre "la destination qui fait rêver" et nous voilà partis vers:
Sommières, dans le Gard,
à environ 50 kms de notre "maison" actuelle,
soit 45 mn de conduite en camping car sur routes et pistes (enfin pour les pistes, on verra )

On ne fait pas les choses à moitié chez les Trives 

Cliquez pour agrandir l'image
Pour résumer ce baptême, c'était super, on a bien pris nos marques, on a bien dormi, il nous reste de l'eau après 6 douches et on se supporte encore tous les 6, c'est bon signe, non  
Vous ne nous croyez pas ?
Et bien voici la preuve en images.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
23h20: Gaétan commence à fatiguer, s'installe dans son lit et s'endort en quelques minutes,

les autres ne tarderont pas à le suivre..........................
Cliquez pour agrandir l'image
Vous trouverez toutes les photos de cette sortie dans "notre album", vous aurez la preuve qu'on est allés jusqu' à Sommières
Cliquez pour agrandir l'image

On était tellement à l'aise dans nos rôles de camping caristes, qu'on a poussé l'aventure jusqu'à Sauve (environ 25 kms plus loin) : photo à l'appui bien sûr 
Cliquez pour agrandir l'image
Et on a même pu tester le store de notre camping-car (les enfants voulaient à tout prix le sortir déjà la veille à 21h!! )


Dernière info:  le camping car partira le 8 septembre au lieu du 5 du Havre et devrait arriver le 1er octobre ( en même temps que nous!)

5 septembre 2011



Que de nouvelles en ce jour !!!

Tout d'abord, notre maison ambulante est arrivée au port du Havre, ça au moins, c'est une certitude !
La photo en est la preuve, même si on ne voit que le parking du port et pas le cc. 
Cette photo étant la seule, il faudra vous en contenter .
José préfère se réserver pour photographier la Patagonie, les baleines, les glaciers............On peut le comprendre!
Donc, après avoir garé le cc entre des milliers d'autres véhicules, laissé la clé de contact à notre transitaire, signé tous les papiers (transport, assurance....) et verser une petite larme lors de la séparation ( pour ceux qui connaissent José, vous en doutez ? ), chacun est reparti de son côté..............................
Cliquez pour agrandir l'image

La prochaine date devrait être  celle du 2 octobre : arrivée au port de Buenos Aires, ça ce n'est pas une certitude, ..... vu les changements de dates que nous avons régulièrement de la part de la compagnie maritime .
On vous en dira plus le 9 septembre, date du départ.


Cliquez pour agrandir l'image
C'est aussi aujourd'hui la rentrée scolaire.
La nuit a été agitée,  pas pour les enfants, mais pour la prof 
C'est une sacrée responsabilité que de continuer à donner envie à nos enfants d'apprendre et de les aider durant cet apprentissage.
Côté organisation, c'est le top, on a de l'espace avec une pièce de 25m2 au moins, soit près du double du camping car, il ne faudrait pas qu'on s'y habitue .......................
Chacun est super motivé, même si on doit s'habituer aux manuels et surtout se convaincre que les vacances sont finies.
On veut mettre les bouchées doubles jusqu'à notre départ pour n'emmener que certaines matières  (français, maths, HG, anglais et latin pour Sara) et terminer les autres (dessin, musique, SVT, éducation civique) avant de partir.
C'est un véritable challenge, car nous n'avons pas encore reçu tous les cours, ni accès à tous les fichiers audio sur internet......... bref, ça va être chaud    

En tout cas, les enfants semblent apprécier leurs outils de travail, quant à leurs profs (José s'occupe des maths et sciences en général et moi du reste), on n'ose pas leur demander......................

Comme vous le voyez sur la photo, même Gaétan a accepté de s'asseoir quelques minutes pour faire quelques lignes de graphisme ..............................et est ensuite allé se baigner à la piscine, veinard

14 septembre 2011



ça ressemble à un sketch "du genre":
  • "J'ai 2 nouvelles;  une bonne et une mauvaise.
    Je commence par laquelle??
  • par la mauvaise".

Donc, voici la mauvaise: 
On nous a cassé la grande baie arrière gauche du camping car sur le parking du port du Havre, la veille de l'embarquement
  Le transitaire nous a envoyé des photos avec la baie cassée, les 2 barres de protection arrachées, les placards ouverts, certains vidés.......malgré ça, il n'y a pas de traces de vandalisme à l'intérieur, ouf

Voici la bonne:
Le camping car a embarqué tel quel et se dirige actuellement vers l' Argentine (enfin, selon les dernières nouvelles..........).

On vous tient  au courant dès qu'on a d'autres nouvelles (bonnes, nous l'espérons).

Jeudi 29 septembre 2011  


J-1

ça paraissait loin, et pourtant on y est presque

Aujourd'hui, c'est journée valises et piscine pour les enfants (ils l'ont bien mérité, car ils ont travaillé comme des forçats depuis le 5 et ils ont atteint leurs objectifs).
Il semblerait que nous soyons assez chargés............Les cours du CNED en sont en partie responsable, on comprend maintenant  les familles qui ont déjà vécu ça mais on fera avec.

Beaucoup nous ont demandé si nous avions des nouvelles de notre cc depuis l'embarquement, alors ce que l'on peut vous dire c'est que la compagnie maritime a scotché la vitre (genre "scène de crime des films américains avec la bande "Do not cross") autant vous dire qu'il est impossible de franchir cette limite   on est rassurés, enfin presque
On verra bien ce qu'il en est le jour de l'arrivée au port de BA, nous ferons la visite avec l'expert (là, ça n'a rien à voir avec les films américains) de l'assurance, nous constaterons ensemble s'il y a d'autres dégâts à l'intérieur  (en espérant que tout y est) et il autorisera les réparations  

Nous pensons donc séjourner un peu plus longtemps que prévu dans la capitale argentine.
Pour l'instant, on prévoit d'y rester une semaine, on va donc en profiter pour visiter cette ville comme elle le mérite. Vous aurez bien sûr les photos dans les jours qui viennent.

Au fait, le départ est prévu demain à 14h57 à la gare de Nîmes dans un premier temps et à 23h20 à Paris pour l'avion.

Hasta pronto!

  • impressionnant notre  niveau en espagnol 

3 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'image
Il est temps que je m'y mette

Déjà 3 jours que nous sommes en Argentine et nous n'avons toujours pas donné de nos nouvelles ( sauf Sara dans sa rubrique "coin des enfants", heureusement qu'elle est là ).

Alors, je me décide et  m' installe à une des tables de notre "hostel" (genre auberge de jeunesse) afin de raconter ces 3 premiers jours "argentins".

Cliquez pour agrandir l'imageVendredi 30 septembre, c'est le jour du départ

Nous sommes enfin prêts et avons hâte d'arriver à destination.
Même si on a mis pas mal de choses dans le camping car, nous partons "relativement" chargés avec exactement 14 sacs à dos, valises et petits bagages à main.
En théorie, on monte dans le train, on descend à Charles de Gaulle, on monte dans l'avion, on prend un taxi et on arrive à l'hôtel et on dépose nos bagages.
En réalité, c'était plutôt, pour ceux qui connaissent le recrutement dans la légion:  la marche de 50kms, avec sac à dos de 20kg et grosses ampoules aux pieds
J'avoue, j'exagère un peu, on n'a pas eu d'ampoules  

Cliquez pour agrandir l'image
Une fois arrivés à l'aéroport, nous retrouvons  avec plaisir et soulagement  (ouf, elle est venue !!!!) notre "hôtesse préférée", Isabelle qui va nous accompagner durant ce premier week-end.
Cliquez pour agrandir l'imageLe vol s'est très bien passé, on n'a pas vu passer les 13 heures de vol.
Les enfants ont été super, Gaétan a dormi 7h d'affilée, le temps de  dîner, de regarder un film, de dormir un peu, de prendre le petit déjeuner, de remplir les papiers pour la douane.........et on avait atterri  
Cliquez pour agrandir l'imageNous appréhendions un peu l'arrivée à l'aéroport de Buenos Aires, avec l'attente pour les bagages, le passage en douane......
Mais tout s'est déroulé très vite et très simplement sans interrogatoire, ni fouille corporelle   Je sais, je regarde trop de films américains 

Le seul petit souci que nous ayons eu est le retard de 2h de notre chauffeur  
D'un autre côté, ce retard nous a permis de  voir en personne, Angel Di Maria La photo en est la preuve!
Certains ne savent pas qui est Di Maria, alors un indice:

Nous sommes en Argentine
Il est jeune et gagne beaucoup d'argent
Sa fiancée est très jolie et très "fashion"

Et, oui Di maria est un joueur de foot, il joue dans la sélection argentine et aussi au Real de Madrid.
Il est dans son pays car vendredi la sélection argentine joue son 1er match éliminatoire pour la prochaine coupe du monde contre le Chili. Il va y avoir une sacrée ambiance à BA on vous raconte ça dans quelques jours.

Cliquez pour agrandir l'image
Après 40 mn de trajet entre l'aéroport et l'hôtel nous arrivons enfin à notre 1ère destination.
Nous logeons dans le quartier de San Telmo, près du centre. C'est un quartier où se regroupent presque toutes les auberges de jeunesse, installées dans de magnifiques vieilles bâtisses.

L'accueil est très sympa, l'endroit aussi ( vous avez toutes les photos dans la rubrique "album").
Cliquez pour agrandir l'image
Nous sommes bien sûr très fatigués, alors ce sera une bonne douche, une sieste et seulement après un bon petit repas à 2 rues de l'hôtel, dans un petit resto "territorio" où là encore l'accueil est très agréable.
Cliquez pour agrandir l'imageNous passons le reste de la journée  (qui est bientôt terminée ) à marcher vers la très célèbre " Plaza de Mayo" que nous connaissons en France, pour les manifestations silencieuses des mères argentines  ( surnommées " las locas de mayo") dont les enfants ont disparu pendant la dictature de la junte militaire en Argentine.
Ici, c'est le début du printemps et il fait encore assez froid, hélas, nous n'avions pas prévu les doudounes ,qui sont d'ailleurs dans notre camping car
Alors, on marche vite, même Isabelle
Cliquez pour agrandir l'imageNous avons quand même eu le temps de regarder les différents vendeurs ambulants qui s'installent au milieu de quelques rues et d'acheter notre première prise adaptable à nos appareils

Comme d'habitude, vous trouvez toutes les photos sur cette 1ère promenade dans la rubrique "album".
Cliquez pour agrandir l'imageVoici donc notre 1ère journée.
Tous les gens sont très polis et gentils avec nous.
Même si on est dans une capitale de 13 millions d'habitants, on a l'impression d'être dans une "petite" ville où chaque quartier a sa propre personnalité.

Ce qui nous a le plus surpris est la cohabitation entre les différentes architectures. Les anciennes bâtisses coloniales, les vieux magasins nous donnent l'impression d'être dans le passé  et c'est très agréable.
Cliquez pour agrandir l'imageNous venons de rajouter une rubrique qui est "l'insolite du jour".
Vous y trouverez des photos surprenantes de part leur situation, leur prise vue......
N'hésitez pas à les commenter
A la fin des 9 mois, nous essaierons de faire un classement des ces insolites et ceux qui auront contribué au succès de cette rubrique se verront offrir un magnifique cadeau  
Pour le cadeau, José et moi  hésitons encore entre un aller-retour Paris Ushuaia ou une boîte d'1 kilo de feuilles de mate.
Rassurez-vous, nous avons 9 mois pour y réfléchir , même si ..............................
Cliquez pour agrandir l'image
Dimanche 2 octobre

Après une bonne de nuit sommeil (qui, à cause du décalage horaire s'est terminée à 4 h du matin pour nous les adultes ), nous décidons de profiter de cette journée avec notre " hôtesse préférée" pour qu'elle reparte en France avec le plus de souvenirs possibles de son week-end.

Nous prenons donc un bus touristique qui va nous permettre de visiter toute la ville en ayant la possibilité de nous arrêter où l'on veut, de visiter le quartier, ensuite de reprendre le bus autant de fois que l'on veut pendant 24h, et ce pour la modique somme de 10€ environ.


Cliquez pour agrandir l'imageS'il y a un quartier typique à Buenos Aires, c'est celui de "CAMINITO".

En effet, ce petit quartier situé lui-même dans le quartier de La Boca (là où se trouve le célèbre stade de Boca Junior) est rempli de couleurs et de musique, même s'il reste un quartier relativement pauvre de BA.
Cliquez pour agrandir l'imageToutes les façades sont colorées en rouge, jaune , vert ou bleu.
Tous les artistes peintres sont dans les rues et essaient de vendre leurs aquarelles,  les musiciens et danseurs de tango sont aussi dans la rue et vous invitent à vous faire photographier avec eux.
Gentiment, les "rabatteurs" des différents restaurants vous invitent à vous asseoir et consommer chez eux

Tout est fait pour le touriste , mais on se sent tellement dépaysés qu'on s'en fiche et qu'on a envie d'y rester   Voyez  par vous-mêmes avec  les photos  
Cliquez pour agrandir l'imageHélas, une fois sortis du périmètre (discrètement délimité par la police), on se retrouve dans un quartier laissé plus ou moins à l'abandon, où les couleurs et l'argent des touristes ont disparu. C'est dommage que cet argent ne puisse pas permettre de rénover ces rues adjacentes afin d'élargir toujours un peu plus ce superbe quartier del Caminito.

Nous avons adoré cet endroit !:!  
Cliquez pour agrandir l'imageLe reste de la journée s'est fait dans le bus où nous avons pu apercevoir tous les différents quartiers de la ville et surtout le nombre impressionnant de parcs et autres espaces verts qui sont envahis le dimanche par tous les citadins.
C'est encore une fois exténués que nous rentrons à l'hôtel.

Nous ressortons seulement pour manger un succulent morceau de boeuf, mais quel morceau image à l'appui, cela est de bonne augure pour la suite de notre voyage.

Voilà donc pour ce 1er week-end à Buenos Aires.

4 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'image

Aujourd'hui mardi, Isabelle est partie et est de retour à Nantes après un week-end fatigant mais riche en images et souvenirs, on espère.
Encore merci, chère hôtesse préférée et à l'année prochaine.
Au fait, est-ce que tu as vu Messi à l'aéroport?? Tu l'aurais reconnu, non???

La journée de lundi a été en partie consacrée à localiser le terminal 2 au port de BA en prévision de l'arrivée du camping car, qui est prévue finalement vendredi 7

Nous avons donc décidé de prendre le métro, vu la distance qui nous sépare du port.
Pour résumer:
  •   le trajet aller:  gratuit, pourquoi, on ne sait pas mais on en profite d'autant plus qu'il n'y a pas beaucoup de monde, les stations sont  toutes joliment carrelées.
  • le trajet retour: toujours gratuit mais cette fois on sait pourquoi,
en effet, il y a tellement de monde que les agents décident d'ouvrir les portes pour  "vider" l'entrée
Cliquez pour agrandir l'image
Cool, le métro argentin n'est pas cher Le seul inconvénient, vous vous en doutez,  a été  la forte densité de passagers au cm2 .
L'idée de pouvoir rester coincés et ne pas sortir à notre station a été un peu stressante mais tout s'est bien passé et les enfants ont trouvé l'expérience amusante
Cliquez pour agrandir l'imageQuant au terminal Rio de la Plata où nous devrons nous rendre vendredi, nous avons pu le localiser et José y retournera demain seul pour essayer de commencer les démarches de sortie du cc.

De retour à l'hôtel, nous avons pu discuter avec d'autres clients, un père et sa fille  habitant à Rio Grande (près d'Ushuaia) sont de passage à Buenos Aires, le temps de faire un visa pour les U.S.A , certains viennent du Chili, il y a même un monsieur espagnol à la retraite, vivant à Barcelone et qui voyage seul car sa femme préfère rester à la maison

7 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'image

Difficile de parler d'autre chose aujourd'hui

Comme en France, il y a ici , ce soir,  un match de classification pour le mondial 2014
En effet, l'équipe d'Argentine joue contre ses voisins, le Chili. Nous avons prévu de regarder le match à la télé soit à l'hotel, soit dans un bar, cela dépendra de l'état de fatigue des enfants et du temps car depuis hier soir il pleut
Comme nous ne voulons pas nous faire d'ennemis, nous serons neutres en espérant voir un beau match avec les commentaires enflammés qui vont avec


Cliquez pour agrandir l'image
Depuis mardi, les enfants ont repris leurs cours même si les conditions à l'hôtel ne sont pas optimales ( beaucoup de bruit, pas beaucoup de tables......), la motivation n'est pas toujours là mais on y arrive.
José en profite pour se renseigner sur les démarches pour récupérer le cc dont l'arrivée est maintenant prévue lundi 10 octobre (jour de fête en Argentine; donc pas de bureau ouvert ): il est donc allé à Grimaldi, à Rivadavia, au port......

Une fois qu'on aura réellement récupéré le cc, on promet d'expliquer en détail "le parcours de récupération du cc" afin d'aider un peu les futurs voyageurs.

Pour l'instant, nous sommes sûrs de prendre notre assurance cc chez Seguros Bernardino Rivadavia. 
Ce sont les seuls, à notre connaissance, qui assurent un véhicule immatriculé à l'étranger (la couverture est au tiers).
Nous payons donc 2700 pesos pour 9 mois, en espèces bien sûr (ici tout se paie en espèces )
Voici l'adresse: Bernardo Irigoyen,1054 à Buenos Aires; inutile de les appeler, ils ne donnent aucun devis à distance.
Cliquez pour agrandir l'image
C'est bien beau de travailler, on est en vacances quand même !
Alors aujourd'hui ce sera journée zoo.
Le zoo se trouve dans la ville de BA, près de différents parcs.
On décide d'y aller en "SUBTE", le métro  de la ville en espérant que ce soit encore gratuit
Hélas, ce n'est pas le cas cette fois alors nous payons  1,10 pesos le ticket , pas cher
Nous avons remarqué qu'avec un enfant, il y a toujours une personne qui cède sa place assise, sympa, non?
Cliquez pour agrandir l'imageS'il y a bien un animal qui domine dans le zoo de BA, c'est celui-ci , le lièvre de Patagonie, "mara" en espagnol; il y en a plein et ils ne sont pas sauvages pour un sou.
D'après ce que m'a dit la gérante de l'hôtel, la viande de mara est excellente
Nous vous laissons jeter un oeil dans la rubrique "album" où vous aurez un aperçu de ce parc, que nous avons trouvé très agréable ( l'architecture, les condors, la proximité des maras.....) sans pour autant être spectaculaire.
Autre détail, le prix de l'entrée qui lui est spectaculaire pour un zoo:  34 pesos soit 6€ par personne de plus de 12 ans, en dessous c'est gratuit

C'est bien fatigués par cette promenade que nous rentrons à l'hôtel, sous la pluie
Cliquez pour agrandir l'image

8 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'image
Comme le camping car n'arrive pas aujourd'hui, nous continuons à faire du tourisme et ce sera le quartier de Palermo, l'heureux élu
En fait, il y a 2 quartiers: " Palermo viejo" et l'autre " Palermo Hollywood" .
Ce  dernier est surtout le quartier des restaurants et cafés branchés et l'activité nocturne y est intense;  donc nous y allons le jour .....................
Les rues sont tranquilles et même si le changement est discret, on se rend compte que les habitants y sont plus aisés ( voitures, tenues vestimentaires.......); on a croisé beaucoup de familles "endimanchées" qui se rendaient au restaurant.
Cliquez pour agrandir l'imageEt un restaurant, on vous épargnera les autres..........................
Cliquez pour agrandir l'imageCe boulevard marque la limite entre Palermo Viejo y Palermo Hollywood.........................................
( nous sommes en train de faire une petite collection des différents tags rencontrés à BA)

9 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'image
J'ai oublié de vous dire que Gaétan a de nombreuses fiancées à Buenos Aires, surtout une jeune femme qui travaille à l'hôtel et lui court après tous les jours pour lui faire des bisous en lui disant " hermoso, hermoso" ce qui veut dire "mon joli".

Vous connaissez Gaétan , il n'est pas du genre facile alors il refuse catégoriquement de lui dire bonjour.
Il faudra qu'elle soit patiente  
En attendant, nous partons faire un tour à quelques rues de l'hôtel où, tous les dimanches, il y a une grande brocante et de nombreux artisans qui exposent leurs créations.
On a adoré cette ambiance, la musique dans la rue, les vendeurs ambulants de sandwichs......même s'il y avait plein de monde
Cliquez pour agrandir l'image
Une superbe marionnette.......................
Cliquez pour agrandir l'image
De délicieux jus d'orange..............................
Cliquez pour agrandir l'image
De magnifiques petits restaurants argentins.......................................

10 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'image
Aujourd'hui, c'est un jour férié en Argentine;
Enfin pas tout à fait, puisque la date de la fête nationale est le 12 octobre, mais comme les Argentins voulaient un we prolongé , ils ont décrété que cette année le 12 octobre devait être un lundi, donc le 10 octobre
Du coup, nous ne pouvons pas récupérer notre cc aujourd'hui
Alors, une fois de plus nous avons le temps de parcourir la ville.
Cette fois, ce sera "Puerto Madero", un quartier plus récent et moderne  près du port.
Oubliés les vieilles architectures et place aux buildings en verre
Les habitants de BA y passent les we car ils y a de nombreux espaces verts, une réserve écologique (construite sur une décharge) où les joggeurs règnent en maîtres.
Cliquez pour agrandir l'image
Puerto Madero est aussi l'endroit où se retrouvent certains camping caristes étrangers en voyage en Amérique du Sud
Nous avons rencontré 2 familles françaises avec qui nous avons pu discuter de nos expériences (plus ou moins courtes).
Florent, Stéphanie et leurs 2 enfants arrivés il y a 4 jours après une traversée de 35 jours en bateau, ils ont prévu un tour du monde de 3 ans voici leur blog: http://mozet-family-trip.over-blog.com
Corina, Thomas et leurs 2 enfants qui sont en Amérique du Sud depuis 3 mois et reviennent du brésil   voici leur site: www.geonautesaunouveaumonde.eu
C'est super de voir que d'autres français feront le voyage en même temps que nous (même si certains y restent 3 ans )

Après avoir discuté des  cours des enfants, de la mauvaise qualité du gasoil et des prix des différentes assurances, nous nous quittons provisoirement, contents d'avoir aussi eu de bons tuyaux (d'autres assureurs moins chers pour le cc, un concessionnaire camping car à BA, des cartes GPS de toute l' Amérique du Sud, téléchargeables sur le site du Lien http://fr.groups.yahoo.com/group/lelien-amsud/)
Merci à vous  

11 octobre 2011


On y a cru, mais ce n'était pas pour aujourd'hui

José est resté toute la journée dans les différents bureaux à attendre, à être envoyé d'un coin à l'autre du port pour s'entendre dire à 17h, que c'était fermé et que , de toute manière, le camping car n'avait pas encore était déchargé
L'attente  n'a pas été inutile, cela a permis d'abord de tomber sur le seul des 4 douaniers qui bosse et qui a envie d'aider les gens, et de voir qu'on avait 2 problèmes à résoudre:
  • nous n'avons pas en notre possession de BL Original, le seul que le transitaire nous avait fourni nous l'avons remis à Grimaldi en payant les droits à l'arrivée. Je devrais donc aller demander un original à Grimaldi demain matin.
  • le BL comporte une mention "Lot pour don humanitaire de vêtements", il s'agit de produits que Quechua nous a donné pour que nous puissions les distribuer à des orphelinats, écoles, ..., ce sont des sacs à dos et des vestes de montagne. Or cette mention implique qu'il s'agit d'une donation, voilà le problème. Le douanier a donc expliqué à son chef le problème, il est venu dans la salle pour comprendre ce que c'était que ces produits et m'a conseillé d'abord de voir la douane en ville au "Servicio Procedimientos Tecnicos". Par contre plus il posait des questions et plus je m'inquiétait pour la marchandise, jusqu'à la question, c'est quelle marque le camping-car et où se trouve la marchandise? Aïe, ils vont peut-être aller se servir d'abord ;-(

Sérieusement, on avait lu dans tous les blogs que cette mission "récupération camping car" était pénible car longue et incertaine, et bien NOUS LE CONFIRMONS

On commence un peu à perdre patience, car après plus d'une semaine de retard, 2 jours de tractation avec des fonctionnaires peu coopératifs (sauf un) car trop occupés sur le solitaire, Facebook ou à se raconter des histoires drôles, nous n'avons toujours pas notre maison.

Dommage qu'on ait pas d'autres solutions pour faire venir le cc ici
Pour le prix que nous payons avec la traversée, on pourrait s'attendre à un minimum de service  mais il n'en est rien

Bref, vous aurez compris qu'on en a marre !
On pense même demander un abonnement mensuel à l'hôtel

A part ça, ça  a été une journée CNED pour les enfants.

J'oubliais, une bonne nouvelle quand même

Sur les conseils de Corina et Thomas ( autres voyageurs), nous sommes allés voir l'assureur San Cristobal qui nous a proposé une assurance pour 9 mois à $1300 (260€) au lieu des $2700 (540€) proposés par une autre assurance. Merci pour le tuyau.

12 octobre 2011

Toujours pas de camping-car mais on avance.
Ce matin donc, rendez-vous chez Grimaldi pour le BL original et aux douanes pour le don.

On arrive chez Grimaldi à 09h30, bien reçus, ils ont compris ce qu'on voulait, mais c'est le service d'à côté qui va traiter notre demande, par contre ils n'ouvrent qu'à 10h.
On commence à attendre avec Sara et Matthias, mais persuadé que c'est de leur faute si je n'ai plus de BL Original, j'insiste pour entrer avant 10h juste pour récupérer ce document, et ils acceptent, nous attendons 10'-15' et la personne en charge des importations de la France me dit qu'ils ne me fourniront pas de BL original, que celui que je leur ai donné ils doivent le garder et que le transitaire aurait du m'en donner 2 autres.
Je suis étonné, mais n'insiste pas, je vais essayer de me renseigner auprès de Grimaldi France. Par contre, pour téléphoner depuis la rue vers la France, il faut que, d'une que je trouve du Wifi et de 2 que je trouve un endroit où parler, car dans la rue avec le bruit des bus, des camions, des klaxons, c'est immmmpppppooooossssiiiibbbbllllle
Au bout de 45', on trouve une galerie commerçante avec du wifi, je peux appeler, envoyer des mails et me faire rappeler. Le seul contact que j'ai est aux contentieux chez Grimaldi France, elle est super aimable, ce n'est pas de son ressort mais se charge d'appeler Grimaldi France et de me tenir au courant.
Et en effet, Grimaldi France a bien fourni 3 BL originaux à Autotrans notre transitaire, mais eux ne nous en ont fourni qu'un.
Autotrans me rappelle alors et m'explique qu'en général ils en envoient 2 et en gardent 1 en cas de problème.
M,ais comme là on a eu un sinistre sur le CC, il ont envoyé un BL original à l'assureur, 1 pour nous et 1 pour eux, de ce fait les 3 y sont, mais pas là ils seraient le plus utile, donc que fait-on, attend-on de recevoir par coursier le BL original de France? Heureusement que non, mais quelle peur,
Du coup Grimaldi France a envoyé un message à Grimaldi Buenos Aires pour leur demander d'émettre un nouvel original, émission qu'ils auraient pu faire lorsque j'étais sur place, je repars donc à Grimaldi chercher ce fameux BL Original.
C'est bon je l'ai, il est 13h!!

Je me dirige donc maintenant vers ce service de douane qui traite justement ce type d'importation de produits pour donation.
Une fois arrivé sur place, la personne me dit que ce n'est pas chez eux, mais dans un autre service dans un bâtiment 1km plus loin. J'y cours, ré-explique mon cas, et ils me confirment que non ce n'est pas chez eux, mais bien au premier bâtiment, rien d'anormal, nous sommes dans l'administration Argentine, laissons pour demain ce qu'on pourrait faire aujourd'hui, et passons la balle à l'aile tant qu'on ne nous dit pas de la garder....
Bref, je retourne dans le premier service, je tombe sur le collègue du premier agent, qui lui est en train de manger ses spaghettis carbonara, ce n'était donc pas le moment de lui faire perdre 10'.
Il intervient tout de même la bouche pleine pour dire à son collègue qu'il m'avait déjà renseigné, mais j'insiste en expliquant que j'en viens et que c'est bien chez eux. Et c'est bien chez eux, mais.....les personnes qui s'en occupent sont parties déjeuner,
A quelle elles reviennent ???
Tout de suite, mais il est préférable de s'asseoir quand même.
30' plus tard, en discutant avec une autre personne arrivée après moi, il me conseille tout de même de redemander s'ils sont revenus, et bien oui il étaient déjà revenus, mais personne pour venir nous le dire bien sur!
Là ça va aller assez vite, la personne prend les papiers, va à son bureau et revient avec un A4 imprimé, où sont écrites les 12 conditions à respecter pour pouvoir entrer de la marchandise en Argentine en tant que don, et la première d'entre elles, est d'être enregistré au registre des importateurs Argentins, condition que nous ne remplissons pas bien sûr
Donc entrer de la marchandise pour un don est impossible, la solution reste donc de dédouaner la marchandise avec EMBA et de payer les droits de douane.
Je file donc à EMBA voir comment cela peut se faire.

Je passe d'abord par Coordination pour voir si le CC est dans le système, c'est assez rapide, 10' d'attente, j'explique mon cas, CC arrivant par le Grande Hamburgo, et là sans regarder son écran il me dit, "non toujours rien, faut revenir demain". Ok, je monte tout de même voir EMBA qui eux avaient au moins fait la démarche de regarder, en tout cas le douanier sur qui je suis tombé.
Bien sûr à EMBA, encore du monde qui attend et toujours des connaissances qui arrivent, entrent, et ressortent avec leurs papiers, par contre les particuliers, toujours là à attendre et à écouter  le rires et cris des douaniers. Personne ne vous demande ce que vous voulez, j'essaie de croiser la même personne qu'hier, qui a l'air consciencieuse et volontaire et qui connaît déjà mon cas. Je le croise 2 fois, mais ne dit rien, au bout d'un moment j'entre dans le bureau et une des personnes me demande ce que je veux, il est 16h15. J'explique que je voudrais retirer mon camping-car et me répond que les horaires du service ont changé, ils ne font plus de dossier de retrait après 16h30
Chez les fonctionnaires en Argentine, il est l'heure 15 min avant l'heure lorsqu'il s'agit de ne pas travailler. Elle décide de regarder tout de même si la CC apparaît dans le système et là je lui explique le cas du don. Rapidement pour elle c'est assez simple, ainsi que pour son collègue qui n'en fait pas plus qu'elle, c'est interdit d'entrer ces produits neufs en Argentine en tant que touriste, une facture pro forma de ce montant pour cette quantité de produits, c'est impossible...=>solution: renvoyer la marchandise avec le CC en France pour enlever la marchandise heureusement que leur collègue qui m'avait aidé, intervient dans la conversation et après maints échanges, dit que leur chef est au courant et s'en occupe, ouf....

J'attends donc dehors que le chef revienne pour voir quelle est la solution. Une personne qui attend également dehors et qui est une habituée de ces procédures, a entendu la conversation et me dit que ce qu'ils attendent c'est que je leur paye un truc, comme ils appellent ici "una mordida". Je m'en doutais, à savoir maintenant, combien c'est ...

Le chef arrive, tous se réunissent dans son bureau 1/2 h, puis tous sortent, et tous partent chez eux en parlant à voix basse dans le couloir, de quoi?, ???? reste seulement le douanier que j'avais vu hier et qui va traiter mon cas.

Le chef passe devant moi et me dit "voyons si nous solutionnons cela une bonne fois pour toute", puis demande au douanier de me préparer les papiers. J'entre dans le bureau, le douanier commence les démarches, le CC est bien dans le SIM, il fait les papiers, tout se passe bien, le chef passe par là pour dire au revoir et demande au douanier de lui laisser les papiers à signer sur la table d'un de ses collègues et qu'il les signera demain matin, il dit également qu'il va passer chez ses collègues de vérification pour expliquer mon cas et voir comment ça peut passer. En résumé, les papiers sont prêts, je n 'ai plus qu'à passer les chercher le lendemain et voir ce que le chef à vu avec le service vérification. Tout parait super bien s'être arrangé, reste à savoir ce qui nous attend demain......c'est quand même bizarre de nous solutionner si vite le problème.

13 octobre 2011


CA Y EST, cette fois, on l'a

Vous n'y croyez pas, vous non plus et bien regardez la photo, c'est bien notre camping car (au fait, contrairement à beaucoup le nôtre n'a pas de nom, alors si vous avez des idées, n'hésitez  pas!).

Cette fois,  toute la famille a décidé de prêter main forte à José et de l'accompagner au port de BA.
Et c'est bien déterminés à récupérer notre cc que nous partons pour être à 9h30 dans les bureaux d'EMBA.
L'hostel dans lequel nous logeons garde nos valises et nous réserve encore une fois une chambre au cas où
Pour résumer, la journée a été très, très longue

Voici quand même le détail de notre journée pour les "vrais" supporters

Alors que le matin, on pensait avoir tout résolu, car c'est ce qu'on nous avait dit la veille, l'après-midi, toutes les démarches de sortie ont été  bloquées.
D'après la  loi argentine, un particulier ne peut pas importer des produits pour une donation donc durant tout le reste de la journée, l'équipe des douaniers est venue à tour de rôle:
  • nous expliquer que c'était impossible  de  faire entrer des produits pour en faire don mais qu'ils essayaient de trouver des solutions
  • nous expliquer que si on rentrait avec il fallait  ressortir avec au moins la même quantité
  • nous expliquer qu'ils pouvaient nous les garder en stock pendant notre voyage
  • nous expliquer qu'on était en infraction, et que même si on n'était pas au courant des lois argentines au sujet des dons, l'infraction était commise (comme quand on brûle un feu rouge qu'on n'a pas vu, nous ont-ils expliqué)
  • .....
Après avoir vu plusieurs agents de douane, eu diverses versions, nous arrivons à leur faire comprendre que s'il faut payer un pot de vin, c'est à étudier, il est alors 14h30 et ils nous proposent de trouver une solution avec une certaine personne dont ils nous donnent la carte de visite et qui sera là à 15h.

Entre temps, José fait l'expertise du Camping Car avec l'assureur et revient à 15h45, moins une, car la personne à voir allait partir.
Il s'agit en fait d'un intermédiaire (d'une charmante jeune femme,....... pas bêtes les douaniers )  Une personne qui pour une certaine somme (800$), nous solutionne l'affaire et nous fait comprendre qu'il faut également verser une somme aux douaniers.
Après échanges, l'accord proposé est de verser 1600$ (300Eur) et tout est réglé.
Nous acceptons car nous préférons payer cette somme pour voir des enfants heureux avec ces produits plutôt que de laisser aux mains de gens malhonnêtes.
Il est alors 16h30 et on commence à avoir faim, le petit déjeuner est loin

Les démarches commencent, elle connaît du monde, donc passe devant tout le monde, et malgré cela nous sortons le CC du port à 18h15

On a oublié de vous dire qu'en dehors de la vitre cassée et quelques objets volés (appareil photo., jumelles, thermomètre...) , l'intérieur de cc n'a pas été vandalisé ni visité lors de la traversée, ça c'est un grand soulagement
Cliquez pour agrandir l'image
Nous repassons donc une dernière fois à l'hôtel où nous récupérons nos valises et nous quittons avec regret la gérante et  Ariel, un jeune Chilien qui travaille à l'hôtel et qui a toujours été super aimable avec nous et qui nous suit  fidèlement sur notre site.
Merci aussi à Romina et à tous les autres "habitants" de l'hostel Tango Argentina, grâce à qui nous garderons un super souvenir de BA.

Nous voilà donc au volant de notre maison, les enfants sont super contents et nous aussi.
Pour cette première  nuit, nous nous dirigeons vers Puerto Madero, repère  des camping caristes, hélas il y a un concert et une foule immense ,alors on dormira le long d'une avenue.

1ère constatation: les enfants dorment dans n'importe quelle circonstance.
2ème constatation: ce n'est pas le cas des adultes tant pis

14 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'image
Après une nuit un peu courte, nous décidons d'aller nous garer à Puerto Madero où nous rencontrons Loup et Michèle, un couple belge de retraités qui est venu en bateau et dont le cc était garé juste à côté du nôtre

Ils ont eu la gentillesse de rajouter du scotch tout autour de notre baie et de surveiller de temps à autre notre cc.
Encore merci à vous
Nous aurons l'occasion  de les revoir quand nous descendrons sur Puerto Madryn.

En attendant,  direction Servigas pour acheter des bouteilles de gaz et un raccord.
Nous mettrons l'adresse et les infos sur les tarifs dans une nouvelle rubrique "Infos pratiques".

Nous pensions faire les 18 km qui nous séparent de Servigas en très peu de temps, mais c'est sans compter la traversée interminable de BA
Il n'y a pas de périph dans cette capitale, dommage 
Résultat: 1h15 environ pour ses quelques kilomètres ....................... et en plus le magasin est fermé quand nous arrivons alors nous attendons la réouverture, heureusement que nous sommes en vacances
Nous repartons de là avec 2 bouteilles et un raccord fait maison, les  gens sont toujours soucieux de  nous rendre service, c'est vraiment super

Nous passons le reste  de la journée ( et elle est bientôt finie) à faire des courses.
Quand on  avait dit qu'on partait à l'aventure........................

15 octobre 2011


Comme la traversée de BA hier nous a plu, nous recommençons pour aller rendre visite à Colette  ( dont un des frères est un ami de papa)et André, des français expatriés en Argentine depuis plus de 40 ans et qui ont gentiment accepté de garder nos planches de séparation et nos valises pendant les 9 mois.
Ils habitent à Ingeniero Maschwitz, au nord de BA.
Finis les immeubles, et bienvenues aux petites maisons souvent plain pied dans des petites rues pas toujours goudronnées et bordées d'arbres.
Merci encore  pour ce service et pour le remplissage du réservoir d'eau et à dans 8 mois et demi
Cliquez pour agrandir l'image
Après cette pause bien agréable, nous décidons de ne pas repartir sur BA (puisque la baie que nous devons recevoir n'arrive que mardi 18 ) et de nous diriger vers San Antonio de Areco un peu plus au sud.

Nous avons bien suivi les conseils lus sur les sites et sommes arrivés de nuit
Il faut dire qu'il fait nuit à 19h30

Bref, en arrivant, nous faisons un petit tour en cc de la ville qui grouille de monde (c'est vrai qu'on est samedi soir ) et ensuite nous faisons cap vers les 2 stations service à l'entrée de la ville.
Difficile de se décider, nous ne voulons pas nous tromper, c'est notre première fois......................................
Après avoir demandé l'autorisation et vérifié qu'on avait un peu de wifi, nous nous installons près des camions, motos et autres véhicules très bruyants et mangeons rapidement car tout le monde est fatigué et veut dormir.
On commence à s'habituer au bruit ( pour ma part, j'utilise des boules Quiès ).


16 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'image
Après une nuit assez bruyante,  nous profitons du wifi pour envoyer quelques mails et les enfants travaillent un peu.

Contrairement à la veille, la ville est quasi déserte, cela change du tumulte de la capitale
En dehors de quelques jolies façades et des premiers chevaux argentins que nous voyons, San Antonio de Areco ne restera pas gravé dans nos mémoires.

Nous nous souviendrons quand même de la brume qui a envahi petit à petit la ville et ses alentours.

Cliquez pour agrandir l'imageDu coup, nous partons pour Lujan, une ville à 70kms au sud de San Antonio que nous ont recommandée Colette et André pour sa magnifique basilique qui est dédiée à la Vierge.
La route entre les 2 villes est terrible des trous énormes sur la chaussée et les véhicules (souvent en mauvais état) qui roulent, malgré ça, à une vitesse folle

Comme à notre habitude, nous arrivons la nuit et mettons du temps pour trouver le bon emplacement
D'abord garés le long de l'avenue centrale, nous repartons car les courses de voitures, motos, chiens errants et même charrettes avec cheval!! nous effraient un peu
Nous passons donc la nuit dans une autre station service qui nous accepte (ce qui n'a pas été le cas de la 1ère).

17 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'imageLe matin, Lujan est beaucoup plus tranquille, le grand boulevard qui mène à la Basilique est presque vide.
L'édifice est magnifique, mais hélas, l'intérieur est actuellement en restauration, donc couvert d'échafaudages

Cela reste néanmoins un lieu très agréable et impressionnant, on vous laisse profiter des quelques photos prises.

Après ça, direction BA, où nous devons retourner pour récupérer demain normalement, la baie pour le cc. Et c'est là que nous découvrons stupéfaits, qu'il existe une autoroute qui traverse BA et qui nous ramène en très peu de temps à Puerto Madero.
C'est là qu'on s'est posé la question de savoir si cette route existait déjà il y a 3 jours lors de notre traversée  épique de la ville (rappel: 1H30 pour 20kms) ou si le GPS était mal réglé

On s'est renseigné et l'autoroute est bel et bien là depuis un certain temps donc il nous reste à vérifier les paramètres du GPS............................. il nous indiquait en fait le trajet le plus court et  non le plus rapide
Erreur de débutants penseront certains.............................................

18 octobre 2011

Bon anniversaire papi Juanjo

Aujourd'hui, nous récupérons "normalement" la baie du cc qui est bloquée aux douanes aéroportuaires
Cette fois, on va vraiment résumer cette journée:
  • arrivée 11h30 au Terminal de Cargas de l'aéroport Ezeiza
  • Ils n'ont pas reçu le document pour qu'on puisse récupérer le colis, il nous faut revenir à 14h car les bureaux ferment
  • nouvelle arrivée à 14h, cette fois José entre et commence sa "balade" entre les bureaux 1, 2,3,4et 5, dans l'ordre puis dans le désordre et ceci plusieurs fois puisqu'on ressort avec la baie à 17h15

La loi  douanière pour les marchandises importées est la suivante: payer un impôt équivalent à 50% de la valeur de la marchandise et du port inclus
Conclusion: nous devons payer 1200€ si on veut notre baie, génial
Heureusement, José arrive à convaincre les douaniers de compter uniquement la valeur de la baie, soit 800€, donc 400€ de taxe et c'est réglé.

La baie a été soigneusement empaquetée et c'est avec plaisir que nous trouvons la baie, la moustiquaire, le store et un rideau pour l'espace nuit de Sara, merci à Mr Simon.

Encore  une journée de passée , c'est quand qu'on commence l'aventure

19 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'imageBon anniversaire Sandra

Avant de partir vers le sud, nous passons une dernière journée à BA.
Nous retrouvons Michèle et Loup qui sont malgré eux de retour dans la capitale, car ils ont "perdu" leur panneau solaire en roulant   Il leur faut donc acheter et faire installer un nouveau 

Pour être sûrs de ne pas perdre encore une journée, José décide de monter lui-même la nouvelle baie (pour ceux qui le connaissent, rassurez-vous )
En 1h, c'est fait, ce qui n'aurait pas été le cas chez un garagiste

Cliquez pour agrandir l'image
Du coup, après avoir fait le plein d'eau et le vide des toilettes (tous les jours, on a encore du mal à s'habituer à la nourriture  ), nous prenons le Subte (métro) pour aller vers Recoleta.

C'est le quartier chic de BA, où se trouvent l'ambassade de France, magnifique bâtiment et un très grand cimetière (+ de 48000 tombeaux) où sont inhumées toutes les personnes célèbres du pays, dont Eva Peron. 
Des visites guidées sont organisées et certains caveaux sont impressionnants, vous trouverez une collection d'images dans notre album.

20- 21 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'image
Aujourd'hui, plus rien ne nous retient à Buenos Aires et nous rangeons tout pour pouvoir enfin partir vers la péninsule de Valdès.

Avant de partir, nous retrouvons Stéphanie, Florent et leurs 2 enfants qui viennent de rentrer d'Uruguay pour récupérer à la Poste des étiquettes du Cned pour leur fils Hugo.
Ils en sont au début de leur grand voyage puisqu'ils partent pour 3 ans à travers le monde
Une fois les au-revoirs dits, nous quittons la ville et roulons, roulons, roulons et observons les mêmes paysages pendant quelques centaines de kilomètres: des prés et champs à perte de vue, et beaucoup de bétails
Ce jour-là, nous nous arrêtons à Olavarria à mi-chemin entre BA et Bahia Blanca (qui est elle-même plus ou moins à mi-chemin vers Puerto Madryn, notre destination).
L'heure n'est plus aux visites, mais seulement à trouver une station service avec eau, essence et wifi
Hélas, il est trop tard pour appeler notre famille
Cliquez pour agrandir l'imageLe lendemain, nous reprenons la route pour Bahia Blanca où nous arrivons dans l'après-midi, enfin du temps pour travailler avec les enfants , même si le wifi de la station ne fonctionne pas
Les paysages sont semblables à la veille et on croise seulement des pick-ups et quelques bus longue distance à étage.
"Vivement les baleines et lions de mer", commencent à marmonner les enfants

Seul évènement de la journée, un contrôle policier à un rond-point au beau milieu de nulle part
Ils nous ont demandé de nous ranger sur le côté, mais ensuite se sont ravisé et nous ont fait signe de repartir, bizarre, mais on n'a pas cherché à savoir pourquoi et on est repartis
On verra si la prochaine fois, on a autant de chance


22 octobre 2011

Cliquez pour agrandir l'imageIl nous reste environ 700km pour atteindre enfin Puerto Madryn, la 1ère "grande" étape de notre parcours.
Alors, lever à 7h et départ à 9h On arrive à avoir du wifi devant une station et on en profite donc pour appeler les parents pour les rassurer car nous avons peu de possibilités de les appeler depuis que nous sommes partis  de BA.

Peu de temps après Bahia Blanca, nous arrivons à un contrôle sanitaire et qui trouve-t-on arrêter à cet endroit: la famile Mozet (Stéphanie et Florent)
Ils repartent avant de nous voir alors que nous avons un agent qui vérifie dans le frigo et quelques placards si nous avons certains fruits (tels que la pomme et l'orange que nous avons en quantité non négligeable )
Il est interdit de rentrer dans la région du Rio Negro avec ses fruits qui peuvent transmettre à cause d'une certaine mouche, des maladies.
On décide d'en manger quelques-uns et on donne le reste qui est détruit immédiatement
Et en plus, on paie 25 pesos, nous apprenons alors que nous aurons d'autres contrôles jusqu'à Puerto Madryn.
Il faut donc éviter de faire le plein de courses avant d'entamer cette traversée
Cliquez pour agrandir l'imageIl est interdit de rentrer dans la région du Rio Negro avec ses fruits qui peuvent transmettre à cause d'une certaine mouche, des maladies.
On décide d'en manger quelques-uns et on donne le reste qui est détruit immédiatement
Et en plus, on paie 25 pesos, nous apprenons alors que nous aurons d'autres contrôles jusqu'à Puerto Madryn.
Il faut donc éviter de faire le plein de courses avant d'entamer cette traversée

Peu de temps après, nous rejoignons le seul autre camping car de la région et on décide de faire le reste du chemin ensemble.
Cliquez pour agrandir l'imageLe paysage commence à changer, on quitte les grands prés et le nombreux bétail pour un terrain plus sec et une végétation différente, nous sommes dans la steppe.
Et nous y resterons toute la journée soit 600km , impressionnant
En fait, il y a une route principale asphaltée et les quelques autres qui mènent à de petites villes ou fermes sont des pistes
Ce n'est pas le moment de tomber en panne Heureusement, on n'est pas seuls.

Cliquez pour agrandir l'imageAprès avoir pique-niqué sur le bord de la route, presque seuls au monde (2 camions et un serpent de plus d'un mètre photographié par Florent), nous repartons jusqu'au soir.
Pas de changement de paysage, toujours quelques camions, 2 autres contrôles sanitaires, cette fois pour la viande (ça va, on garde tout!)............
On décide de s'arrêter avant Puerto Madryn pour ne pas y arriver de nuit et on s'installer sur le bord d'une piste.
Les enfants en profitent pour jouer au foot et on est tous ravis d'être dans un endroit aussi calme, ça fait du bien.
La nuit est encore plus calme, en dehors du vent qui commence à souffler un peu mais cela n'empêche personne de dormir.
Les enfants rêvent déjà aux baleines et éléphants de mer.................................. Bonne nuit
Cliquez pour agrandir l'image

23 octobre 2011

Après un arrêt déjeuner à Puerto Madryn, nous filons vers La Péninsule Valdès.
A l'entrée,  chaque adulte  paie 70 pesos et les enfants 35   C'est le prix à payer pour voir les baleines, éléphants de mer, guanacos, nandous et autres animaux hors du commun.

Nous arrivons donc en fin d'après-midi à Puerto Piramides (500 habitants), le seul village dans la péninsule.
Et là, dès que nous nous approchons du port, on  aperçoit des baleines Incroyable
On reste donc là, les yeux grands ouverts pendant un certain temps, et on ne s'en lasse pas.

Pourtant, il nous faut trouver un bivouac pour la nuit, heureusement ce n'est pas difficile ici, car il n'y a qu'un seul endroit près du port, un peu à l'écart mais juste face à la mer ( il y a aussi le camping municipal, mais ça serait dommage  de ne pas profiter de la vue).

Cliquez pour agrandir l'image1er ensablement
Et oui, c'est bien de se garer face à la mer mais il vaut mieux éviter de s'ensabler C'est même pas moi qui conduisait en plus
Bref, avec l'aide de la famille Mozet et d'un touriste argentin propriétaire d'un pick-up hyper puissant, tout s'est réglé , merci encore !!

Enfin installés, nous profitons de la vue. La nuit a été un peu agitée ( véritablement agitée, car il y avait beaucoup de vent et nous avons pu bénéficier du tangage  toute la nuit )
Cliquez pour agrandir l'image

24 octobre 2011

Objectif du jour Punta Norte, au nord de la péninsule pour avoir une chance de voir des orques et des éléphants de mer
Départ 7h, car il y a 2h de piste, c'est dur ce matin......................
En fait , la quasi totalité de la péninsule est privée, du coup, nous ne pouvons pas aller où nous voulons; il y a des petits grillages tout au long de la piste et certains propriétaires font payer l'entrée  à certains panoramas

Nous suivons donc la piste, où nous apercevons des guanacos, des moutons et quelques chevaux.........
Nous ne verrons pas d'orques mais de nombreux éléphants de mer, impressionnants surtout les mâles qui pèsent jusqu'à 4 tonnes
Plus lourd que notre camping car

Nous continuons à suivre la piste en passant par la caleta Valdès, une avancée de mer qui nous offre de très beaux paysages et des pingouins.

On vous laisse découvrir les photos..................................

De retour au port, nous essayons de trouver l'eau qui est rare et rationnée ici à cause de la sécheresse.
C'est finalement chez le distributeur d'eau "officiel"  de Puerto Piramides que nous nous approvisionnons en quelques minutes (grâce à un énorme tuyau!!!).

Ravis de notre journée et des nombreuses images emmagasinées, nous nous couchons sans vent, cette fois, en attendant avec impatience le lendemain......................
Cliquez pour agrandir l'image

25 octobre 2011


Ce matin, nous rencontrons Max qui voyage avec sa famille en Amérique du Sud depuis 7 mois et pour encore 1 an environ (famille Manohé). Il connaît très bien la péninsule et les environs et nous donne donc quelques conseils pour pouvoir voir des animaux de près et dormir dans des endroits sympas.

C'est super intéressant  de rencontrer des gens comme cette famille, de connaître  leur expérience et de pouvoir en bénéficier Merci pour tes infos Max !
Sur ces conseils, nous partons donc vers la loberia (colonie d'otaries) juste à la sortie de Puerto Piramides .
Cette fois, nous nous garons en haut de la falaise et nous descendons à pied par la route et la steppe de Patagonie tels des aventuriers...............bon d'accord, j'en fais un peu trop .
Nous avons une vue imprenable sur les otaries et pouvons les observer tranquillement.
Cliquez pour agrandir l'imageMaintenant direction Playa Pardelas  ( à l'intérieur de la péninsule) où il y a de nombreuses baleines et leurs baleineaux très près de la plage
C'est donc super motivés que nous roulons et oublions que le cc n'est pas un 4x4 et qu'il peut s'ensabler
Et de 2....................................., trop forts les Trives Record battu  
Stéphanie et Florent vont commencer à s'interroger sur la suite de notre collaboration

Après plusieurs tentatives avec les supers plaques de Florent, un argentin et son pick-up (ici, un argentin sans pick-up serait un peu comme Gaétan sans son pouce, impossible .................. ) viennent nous sortir de ce mauvais pas.
On hésite à embaucher un argentin (et son pick-up, bien sûr) qui nous suivrait tout au long de notre route, à voir.................................

On est ravis de tomber sur des gens aussi gentils, toujours prêts à nous aider, nous renseigner.
Cliquez pour agrandir l'imageEnfin arrivés sur la plage de Pardelas, nous retrouvons la famille Manohé et d'autres cc , il y a aussi des argentins qui viennent assister au spectacle.

Et quel spectacle des dizaines de baleines et leurs petits (pas si petits d'ailleurs !) qui passent et repassent devant nous
Bref, on reste toute la journée, les yeux fixés sur la mer afin de ne rien rater.

Rendez-vous dans la rubrique " album"......................................, on a eu du mal à faire un choix

Cette journée riche en émotions a été aussi marquée par la découverte sur la plage d'un baleineau échoué la veille et qui a été aussitôt autopsié afin de déterminé sa mort.

Depuis le début de l'année, c'est le 49ème baleineau mort (au lieu d'une vingtaine habituellement).
Même si l'expérience est un peu macabre, elle a été très enrichissante pour tout le monde.
Vous trouverez la photo dans les insolites du jour.
Cliquez pour agrandir l'image

26 octobre 2011

Dès le lever du soleil (enfin vers 8h c'est fatigant de regarder des baleines toute la journée ), nous retournons sur la plage et là nous attendent encore des baleines qui nous offrent un festival de" queues" époustouflant

Toute bonne chose a une fin, alors nous repartons  et quittons cette fois la péninsule pour nous diriger vers le sud.


Cliquez pour agrandir l'image
En arrivant à Puerto Madryn par la piste, nous découvrons un spectacle moins "nature" et plus proche de la vie quotidienne de beaucoup d'argentins: Une énorme décharge sauvage où les gens viennent récupérer ce qu'ils peuvent!

Après un bref arrêt à Punta Flecha (car l'observatoire où nous pouvions écouter les baleines est fermé), nous filons vers Punta Ninfas.
Quand je dis: "filons" , ce n'est pas tout à fait vrai  car nous avons un début de piste "terrible" et nous roulons donc à 20km/h avec  en plus un bruit assourdissant

Heureusement, ça ne dure pas et nous pouvons continuer en faisant du 60km/h

Nous sommes contents d'arriver à destination et le cc aussi
Cliquez pour agrandir l'imageNous sommes en haut d'une falaise, presque seuls au monde.............
Nous rencontrons Lise et Hervé et leur Jumper jaune, en Amérique du Sud depuis 3 ans
Tous les 2 sont passionnés de baleines et d'éléphants de mer alors ils reviennent chaque année à Playa Pardelas et Punta Ninfas satisfaire leur passion et repartent ensuite à travers le continent pour rencontrer et découvrir chaque pays.

Hervé, le spécialiste des éléphants de mer nous conseille d'attendre le matin pour descendre sur la plage pour pouvoir observer les "monstres " de 4 tonnes.

Heureux d'avoir encore un bivouac exceptionnel (les stations service super bruyantes ne nous manquent pas trop ), nous profitons de ce moment et attendons impatiemment le lendemain.
Cliquez pour agrandir l'image

27 octobre 2011

Aujourd'hui, c'est journée "éléphants de mer"
Bien couverts, car le vent souffle assez fort, nous commençons notre descente et apercevons déjà les bêtes !
Nous nous retrouvons à quelques mètres d'elles, ces masses de plusieurs tonnes sont impressionnantes, nous faisons donc très attention même si la tentation  de nous rapprocher encore est forte
Les petits sont très attendrissants et les enfants adorent.

Nous longeons la plage plus d'une heure à la rencontre de ces animaux allongés un peu partout nous obligeant parfois à raser la paroi de la falaise pour ne pas les déranger.

Après presque 3h de marche et un bon repas au soleil, nous quittons Punta Ninfas et ses habitants pour aller vers encore vers le sud.
Encore de la piste et de la terre et du sable partout dans le cc (placards........), une horreur pour les maniaques de la propreté   Heureusement que je n'en suis pas une; mais j'utilise quand même tous les jours notre super petit aspirateur

Une fois de plus, notre bivouac sera la steppe (on a vraiment l'impression d'être seuls au monde!), les enfants adorent car ils trouvent un nombre impressionnant d'os appartenant à toutes sortes d'animaux (tatous, moutons nandous, guanacos).
A ce rythme, on pourra ouvrir un musée d'histoire naturelle d'ici la fin du voyage .
Cliquez pour agrandir l'image

28 octobre 2011

Cabo Raso est notre destination du jour, nous devons y rencontrer des lions de mer.

Apparemment eux avaient d'autres plans prévus aujourd'hui car nous n'en trouvons qu'un seul   Mais, quel spécimen un énorme mâle que nous avons tout le loisir de photographier et filmer pendant presque 2h en nous approchant très près.
On ne se lasse pas de voir ces animaux là devant nous et dans un tel décor
Les enfants en profitent pour ramasser encore un stock de coquillages et autres squelettes

Nous ne mangerons pas sur place, car le propriétaire des lieux nous demande  de partir ou si on veut voir tous les autres lions de mer de lui payer les droits d'entrée sur ces terres (soit 50 pesos par véhicule et 15 pesos par personne !!!!).
Nous refusons et continuons notre route vers Cabo Dos Bahias où il y a une grande colonie de pingouins de Magellan et la maison de Florent Pagny
Cliquez pour agrandir l'imageArrivés à Cabo Dos Bahias, on arrive devant des gardes qui nous demandent de payer pour pouvoir entrer dans la réserve des pingouins; cette fois, nous payons: 20 pesos/adulte et 10 pesos pour les 6-12 ans.
On apprendra plus tard que le prix varie selon les "touristes"

Tant pis, ça en valait la peine, nous marchons pratiquement parmi les pingouins et il y en a des milliers

Nous constatons une chose: les pingouins sont bruyants, ils émettent des cris très étranges qui font beaucoup rire les enfants.
Le mois d'octobre est pour eux, le mois de la ponte et nous voyons des oeufs dans chaque nid (les nids sont creusés dans la terre comme les terriers ).

Le gardien nous conseille d'aller bivouaquer à Puerto Piojo juste après la maison de Florent Pagny.
Sa maison est située près de l'océan dans un  "petit" terrain d'environ 35000 hectares où vivent des moutons dont la laine est très prisée ici.

Nous pensons aller lui rendre visite, faire une parrilla et pousser un peu la chansonnette avec lui, mais apparemment il ne vient ici qu'une dizaine de jours par an et comme on n'a pas le double des clés ), on continue notre chemin. 
Cliquez pour agrandir l'image

29 octobre 2011

Encore un super bivouac face à la mer et on repart pour Camarones, une petite ville à une vingtaine de kms afin de refaire le plein d'eau et quelques courses.

On ne repart pas si vite car il y a du sable et qui dit sable, dit .......................................Vous avez deviné  
Heureusement (désolé pour vous Stéphanie et Florent), c'est la famille Mozet qui part en 1er et qui, du coup, s'enlise
Après plusieurs tentatives avec leurs super plaques en alu, on sort leur cc du sable et nous, on met les plaques devant chaque roue avant et on avance comme ça petit à petit pour éviter l'ensablement.

Juste un mot pour vous dire de ne pas acheter les plaques de désensablement souples (rouges) à 22€ la plaque, ça ne vaut absolument rien Nous décidons alors d'investir dans des plaques en alu également dès la prochaine grande v ille.
Cliquez pour agrandir l'imageA Camarones, nous faisons nos courses et on apprend que des français vivent ici et qu'ils vendent des fruits de mer.
Florent et José rencontrent donc Stéphane et Caroline qui sont installés depuis 2 ans à Camarones avec leurs 3 enfants et vivent de la culture des moules malgré l'hostilité du maire du village
Ils proposent aux hommes de les accompagner en mer, hélas les baleines qui sont trop proches les empêchent de plonger; mais l'expérience  est une fois de plus super intéressante.

Stéphanie, les enfants et moi passons l'après-midi à la plage (l'eau est trop froide pour se baigner, mais cela n'empêche pas les enfants de se laisser "surprendre volontairement " par la marée montante et ses quelques vagues :!!: ).

Nous finissons la journée chez eux à déguster d'excellentes moules préparées "maison", certaines en escabeche ( conservées dans le vinaigre ou l'huile) et d'autres tout simplement cuites dans l'eau.
Inutile de vous dire qu'on s'est régalés

Cette soirée nous a permis de découvrir tout un village où les traditions restent très ancrées et les possibilités d'insertion pour une famille étrangère très difficiles.
Bravo encore à Caroline, Stéphane et leurs enfants pour leur volonté à toute épreuve, leur passion pour l'Argentine et Camarones en particulier et pour leurs différents projets qu'ils mèneront sans aucun doute à terme (voici leur site www.gm-sanjulian.com)
Cliquez pour agrandir l'image

30-31 octobre 2011

Notre objectif est maintenant de rejoindre Usuhaia, donc nous traçons

On s'arrête quand même à Comodoro Rivadavia , principalement pour trouver du wifi, on est vraiment en manque
Alors, on s'arrête dans un bar, fan de rugby et on commande quelques boissons et on se connecte enfin
Hélas, les papis et mamies ne sont pas en ligne mas on leur envoie un mail au moins pour dire que tout va bien), on n'arrive pas non plus à mettre à jour notre site car c'est trop long et on doit repartir.
Désolés pour tous les millions de fans qui nous suivent .......................................
On fait ce qu'on peut et on est assez limités pour l'instant dans cette partie du pays.


Cliquez pour agrandir l'imageOn s'arrêtera sur le bord de la route pour déguster les délicieuses gambas que nous avons achetées à Camarones.
Petit festin au milieu de la steppe.....................................

Nous continuons nos kilomètres, croisons quelques cc, un motard allemand et de nombreux camions
Nous en profitons pour travailler les cours de Sara (Thomas et Matthias ont pris de l'avance et sont donc en vacances !!!), ce n'est pas toujours évident car nous n'avons pas internet.

Nous faisons une nouvelle halte pour la nuit à Puerto Santa Cruz, une petit ville sur la côte où l'on doit montrer patte blanche pour entrer.
Il y a en effet un contrôle policier à l'entrée, on nous demande d'où l'on vient, le permis de conduire et ils relèvent notre plaque
Comme ça, s'il y a cette nuit, un "évènement macabre et funeste" (n'oublions pas que nous sommes le 31 octobre, c'est donc  Halloween ), nous serons les 1ers sur la liste des suspects, 

Vivement demain matin
Cliquez pour agrandir l'image

1er novembre 2011

Finalement, nous avons passé une excellente nuit (nous n'en avons par parlé, mais nous dormons tous super bien, chacun dans son "petit" espace....)  avec vue sur la mer (comme c'est le cas depuis plusieurs nuits), on ne s'en lasse pas

Le paysage commence à changer, les températures sont aussi plus fraîches (surtout à cause du vent).
Nous arrivons enfin à la frontière chilienne (car pour aller à Ushuaia, il faut passer par le Chili (la Terre de Feu est partagée en 2 )).
Qui dit passage au Chili, dit exit tous les légumes, viandes, fruits, produits laitiers...
Alors, nous nous gavons des dernières pommes, derniers morceaux de fromage et nous cachons un sachet de pommes de terre dans le panier de linge sale et un concombre dans un des rangements sous les sièges des enfants. Aventuriers et délinquants  
Cliquez pour agrandir l'imageAprès avoir rempli quelques documents et traversé quelques bureaux (c'est aussi une tradition au Chili ), nous faisons inspecter notre cc par un agent très curieux
Notre cc l'intéresse et il pose pleins de questions et touche un peu à tout, tout en accomplissant son devoir, bien sûr
Il me demande même d'ouvrir un des coffres sous les sièges des enfants, malheur   Heureusement, ce n'est pas le bon, ouf

Nous repartons donc avec nos patates et notre concombre

1ère nuit au Chili avec un super coucher de soleil
Cliquez pour agrandir l'image

2 novembre 2011

Le détroit de Magellan, on y est
On doit le traverser pour rejoindre la Terre de Feu et continuer notre route.

Après une petite attente nous embarquons pour une traversée d'une demi-heure environ.
Il y a des camions, des cars et des voitures et on flotte Trop "coule" 

En dehors du vent, la promenade est sympa.

Nous continuons ensuite notre route, enfin notre piste (140kms ), c'est la seule qui nous mène à Ushuaia
Nous croisons donc un grand nombre de camions et un d'eux a gentiment déposé sur notre parebrise un petit impact, rien de grave heureusement

Cliquez pour agrandir l'imageNous sommes ravis d'arriver au poste frontalier chilien car cela signifie "fin de piste"
Quand nous passons devant, personne ne nous arrête alors nous ralentissons et nous continuons notre chemin,
Le paysage est magnifique , on y croise plein de moutons et agneaux.

Quand nous arrivons au poste frontalier argentin, il nous manque le papier de sortie du territoire chilien
Alors, nous faisons demi-tour, revoyons nos moutons et nous arrêtons cette fois au poste chilien afin d'obtenir ce papier
En 5 minutes, c'est fait et on repart donc vers l'Argentine et nos moutons
Le passage en Argentine se fait aussi rapidement.

La journée a été un peu dure avec la piste et les kilomètres, alors après avoir fait quelques courses, nous nous arrêtons près d'une estancia et nous nous endormons rapidement bercés par un vent qui souffle de plus en plus
Cliquez pour agrandir l'image

3 novembre 2011

Encore 200km et nous arrivons dans la ville mythique d'Ushuaia

Les paysages changent très vite, nous sommes en montagne, il y a encore de la neige aux sommets, c'est magnifique.

Au bout de 3 heures, nous y sommes, l'entrée de la ville est très "officielle".

Nous décidons de manger près du port et de profiter de la vue sur l'océan et sur les montagnes.

Notre après-midi est consacrée à une promenade dans la rue principale et à la recherche d'une laverie car le linge s'accumule depuis des jours et des jours, pas très reluisant tout ça

Il y a une laverie à Ushuaia qui se propose de laver notre linge pour une somme "astronomique" comparée aux laveries de Buenos Aires: 50 pesos le panier (lavé et séché) au lieu de 23 dans la capitale
Nous allons vite nous apercevoir que tout est plus cher dans cette ville, même si tout y est détaxé


Cliquez pour agrandir l'image1ères impressions sur cette ville:  très jolies couleurs, des montagnes tout autour de nous, des rues qui montent et descendent et beaucoup de touristes

Du coup, on croise des français à chaque rue, il y a beaucoup de boutiques de sport et de produits de luxe duty free.
On pensait tomber sur une ville plus petite et authentique, mais bon, on est quand même à Ushuaia
Notre bivouac sera près du port avec vue sur la ville, encore un beau souvenir; on essaiera d'oublier la voiture au moteur "très bruyant" qui s'est garée juste derrière notre cc jusqu'à 2h du matin et de très fortes rafales de vent qui ont failli renverser le cc (enfin, c'est l'impression que j'ai eue )
Cliquez pour agrandir l'image

4 novembre 2011

Ces 2 jours sont consacrés à notre "casa rodante", c'est comme ça que l'on appelle les camping cars.
En effet, au programme:
  • lavage extérieur
  • réparation de l'impact
  • prise de rdv pour poser un filtre à gasoil et des bavettes pour les roues

Il a de la chance ce cc, car moi je n'ai même pas le droit à un coiffeur

Heureusement, nous sommes allés dans un petit restaurant, le "Ramos Generales, el almacen" qui propose d'excellentes viennoiseries et surtout du wifi (et oui, on est toujours en manque ).
Du coup, on s'est installées avec les enfants, on a commandé des cocas, des donuts et on a mis à jour notre site, regardé les mails, appelé les papis et mamies et regardé les notes des enfants sur le site du Cned: tout ça en 2h
Efficacité  et  rapidité, hélas nos ordinateurs se sont déchargés et on a dû s'arrêter là
En tout cas, l'endroit est super original, rempli d'objets du passé et le personnel très agréable, on vous le recommande



Cliquez pour agrandir l'imageProchain bivouac: Le parc national de la Terre de Feu à quelques kilomètres d'Ushuaia.
Nous y arrivons à 18H30 et il  n'y a plus personne pour encaisser les entrées, alors le garde forestier nous permet de rentrer, super on économise 170 pesos

On vous a dit qu'on avait lavé le cc, ce matin? On vous a dit qu'il n'y a que des pistes poussiéreuses  dans le parc?  Dommage
Une fois de plus, le  paysage en vaut la peine, montagne, lac, coucher de soleil...........................
Les enfants en profitent pour jouer et se défouler.
Peu de temps après notre arrivée, un autre garde vient et nous signale que nous pouvons rester mais pas à cet emplacement et qu'il faudra qu'on paie le lendemain matin, ça fait donc un peu cher la nuit

On mange donc rapidement, on sort du parc et on s'installe dans le camping municipal, près du golf.
En dehors de quelques barbecues, il n'y a rien Heureusement, c'est gratuit A éviter les vendredi et samedi soirs, les habitants d'Ushuaia y viennent et laissent la musique de leur autoradio tard dans la nuit
Cliquez pour agrandir l'image

5 novembre 2011

Suivant les conseils de plusieurs familles, concernant la mauvaise qualité du gasoil sur le continent, nous avons décidé de faire installer un filtre. La journée sera donc consacrée à ça.

Résultat:
  • environ 100€
  • 3h d'immobilisation
  • durée de vie du filtre pour la famille Mozet: environ 2h (nous, on fera un peu mieux )

Un quart d'heure après être entrés dans le parc (nous avons décidé d'y passer le we), le filtre de Stéphanie et Florent casse et le cc s'arrête net sur la piste................................. dommage

Après quelques manipulations et l'intervention des gardes forestiers (ils sont partout ), qui nous demandent de bouger, on voudrai t bien, nous , nous remorquons  les Mozet durant 6 kms.
Florent ne pouvant utiliser que son frein à main, les descentes ont été un peu "flippantes" 

Comme nous sommes coincés dans le  parc pour le we ( le garagiste ouvre lundi), nous en profitons et admirons une fois n'est pas coutume le paysage...................................................
Cliquez pour agrandir l'image

6 novembre 2011

Après une soirée crêpes et une nuit tranquille  (sauf pour Florent qui a cogité dur pour trouver une solution), nous partons pour une randonnée de 7kms dans le parc.
Nous rencontrons beaucoup de familles d'Ushuaia qui sont déjà là à préparer des "parrillas" (grillades) pour le midi.
Ca fait du bien de prendre l'air et de se défouler ainsi.
Nous faisons donc 4h de marche , Gaétan est resté devant du début à la fin, incroyable Il est juste un peu fatigué

José a pris quelques centaines de photos que vous aurez tout le plaisir de voir (si vous avez quelques heures devant vous dans notre album.

Cliquez pour agrandir l'imageLe seul animal que nous ayons vu est un renard devant le centre des visiteurs...................et quelques petits rapaces.

Dans le parc, se termine la "Ruta 3" , une route qui commence en Alaska et se termine ici (env. 17OOOkms), alors nous faisons un saut jusque là (piste et poussière.....................)

En arrivant sur place, nous assistons à une messe en plein air, sur le bord d'un lac, en plein vent Quel courage

Et c'est au moment de repartir sur le parking que notre cher filtre nous lâche
Nous prenons donc rdv (sans qu'il le sache encore) chez le garagiste dès lundi

Nous démontons tout ce qui a été installé et partons nous installer près d'une rivière cette fois pour ce dernier bivouac dans le parc.
Cliquez pour agrandir l'image

7 novembre 2011

Nous quittons le parc Tierra del Fuego et sa tranquillité pour rejoindre une dernière fois aussi Ushuaia et son garagiste
Même s'il ne comprend pas trop pourquoi tout s'est cassé, il accepte de nous rembourser et nous repartons donc sans filtre, mais avec notre argent (environ 600 pesos ).
Nous avons encore le temps d'installer un autre filtre puisque le pays où le carburant est vraiment très mauvais et qu'il n'y a qu'un seul diesel est la Bolivie.

Nous quittons les montagnes et les lacs de Tierra del Fuego et nous nous dirigeons vers Rio Grande, notre prochain objectif étant de faire installer les bavettes avant de reprendre les pistes à la frontière chilienne.

Décidément, il n'y en a que pour le camping car
Alors, comme il prend autant de place au sein de notre famille, nous l'avons baptisé (sur les conseils de Lydie,):  la TRIV'MOBIL.

Il fait froid..................................................
Cliquez pour agrandir l'image

8 novembre 2011

Après avoir traversé la ville et rendu visite à tous les garages (chapistas....) qui sont débordés vus le nombre impressionnant d'accidents (plus ou moins graves) , un monsieur nous accompagne vers d'autres petits ateliers et enfin nous en trouvons un qui accepte d'installer les bavettes mais nous demande d'aller acheter les vis qui manquent pour l'installation.
Nous avons donc rdv à 15h, rien n'est trop beau pour Triv'mobile
Nous en profitons pour trouver l'usine de gaz afin de changer la nôtre et de remplir celles de Stéphanie et Florent.
Comme nous avons quitté Ushuaia, les prix ont de nouveau baissé et nous ne payons que 16 pesos
Au bout de 3h, nous récupérons nos véhicules après avoir payé 200 pesos chacun (au lieu des 300 à Rio Gallegos et des 1000 à Ushuaia ).
Comme  d'habitude, nous sommes tombés sur des gens très gentils.

Ces journées d'immobilisation nous permettent de travailler les cours tranquillement sans souffrir des secousses dues à l'état des routes

Maintenant, on espère que ces bavettes ont une espérance de vie un peu plus longue que celle des filtres à gasoil

La journée étant déjà terminée, nous restons ici et reprenons notre bivouac de la veille, avec vue sur la mer bien sûr.
Cliquez pour agrandir l'image

9 Novembre 2011

Cliquez pour agrandir l'imageItinéraire du jour: Rio Grande-Porvenir  (Chili) où nous comptons prendre le lendemain un ferry pour Punta Arenas et ensuite Puerto Natales, dernière étape avant le parc de Torres del Paine.

Encore 140 kms de piste, avec un joli paysage sur la côte , de jolies estancias et nous arrivons en fin de journée au petit port de Porvenir.

Nous réservons notre place pour le ferry de 8h le 10 novembre et faisons un tour de la ville, nous en profitons pour faire quelques courses.
Nous payons maintenant en pesos chiliens, du coup il faut encore faire travailler ses méninges (et accessoirement la calculatrice ).


Cliquez pour agrandir l'imageNous rencontrons une dame qui nous pose les questions habituelles: d'où nous-venons? où nous allons? si nous aimons le Chili?...... Elle nous explique que Porvenir était une ville quasi abandonnée et que le gouvernement a incité les entreprises à venir s'installer en leur offrant une prime. Du coup, cela a relancé un peu la ville et les commerces.
C'est une ville très tranquille et sans insécurité, rajoute-t-elle. Nous voilà donc rassurés
Jusqu'à présent nous nous sommes toujours sentis en sécurité et n'avons jamais été dérangés pendant nos bivouacs.

Afin d'être sûrs d'avoir une place dans le ferry, la compagnie nous conseille d'être là à 7h le lendemain, nous dormons donc directement près de l'embarcadère, c'est parfois pratique de pouvoir se garer n'importe où

10 novembre 2011

Cliquez pour agrandir l'image
Lever 6h30, seulement pour José car il faut se présenter au bureau du ferry pour payer et avoir sa place
C'est bon, nous avons notre place ( en payant 72100 Pesos chiliens, soit 105€ pour 2h20 de traversée).
Les prix varient selon les véhicules (taille......) et même si nous ne sommes pas des poids lourds, nous prenons de la place, du coup nous payons plus cher Dommage

Nous embarquons donc à 7h15, les enfants dorment toujours................
Une fois tout le monde réveillé, nous profitons (c'est un verbe que j'emploie souvent, me semble-t-il!!!) de ces 2h pour travailler les cours du Cned tous ensemble, même Gaétan s'y est mis

Nous sortons quand même avant de débarquer, histoire de prendre l'air et il y en a beaucoup......
Difficile de rester coiffée dans de telles conditions
Cliquez pour agrandir l'imageEn débarquant à Punta Arenas, nous apercevons un petit groupe de danseurs folkloriques qui se prépare à accueillir les bus de touristes.

Après un bref arrêt dans cette ville portuaire, nous partons direction Puerto Natales, un peu plus au nord.
Une fois de plus, les paysages sont magnifiques et nous ne nous lassons pas de les regarder (les enfants semblent plus intéressés par leurs Nintendo , ah, cette génération
Cliquez pour agrandir l'imageIl y a des zones entières d'arbres morts, on a l'impression qu'une tempête a tout rasé sur son passage. Le contraste des couleurs est superbe.

A une trentaine de kilomètres de Puerto Natales, nous (la famille Mozet incluse!)  nous arrêtons pour aider des chiliens tombés en panne. Cela tombe bien pour eux, car nous avons rempli nos jerricans ce matin en prévision d'une panne

Ils nous accompagnent ensuite jusqu'à Puerto Natales pour nous remplir le jerrican. Ces 2 hommes travaillent en fait  à la construction d'un pont à Torres del Paine. Ils font donc une halte à Puerto Natales.
Cliquez pour agrandir l'imageL'arrivée dans cette ville est éblouissante
Nous apercevons la cordillère petit à petit et là nous tombons sur une ville située au bord de l'eau avec au fond cette chaîne de montagnes, magnifique d'autant plus que le soleil couchant est de la partie

Cette ville est un point de départ vers de nombreux sites de randonnée et les touristes y viennent en nombre.
On y trouve donc un grand nombre d'hôtels, de restaurants, d'agences de voyage spécialisées dans les trekkings, heureusement cela n'enlève en rien son charme à cet endroit.

C'est donc une fois de plus heureux que nous nous couchons et attendons avec impatience le lendemain

11 novembre 2011

Cliquez pour agrandir l'imageBon anniversaire Sophie !

Nous pensons partir en milieu d'après-midi à Torres del Paine, en attendant nous nous garons près du café restaurant Melissa où l'on a du wifi, super rapide en plus Le manque est toujours là, il faut donc l'assouvir de temps en temps

Nous nous installons donc, les enfants travaillent, on fait quelques courses, on met notre site à jour, nous réglons quelques points administratifs et on appelle notre famille avec Skype.
Ca fait super plaisir de les voir et de leur parler! On espère pouvoir recommencer bientôt.

Une fois le plein d'eau et d'essence faits, nous prenons la route, enfin la piste ( il parait qu'elle est bonne).
Cliquez pour agrandir l'image
Et bien, non elle n'est pas bonne
ça ressemble véritablement à de la tôle ondulée ça secoue, ça fait du bruit et il y a plein de poussière qui rentre partout
Mais, une fois encore , on regarde autour de nous le paysage et on oublie ce qu'on fait endurer à notre maison ambulante qui heureusement ne semble pas trop souffrir.

Tout est magnifique: les couleurs, les montagnes, le contraste entre les arbres morts et les autres et les différents lacs aux nuances de  bleu incroyables

On vous laisse en profiter en allant dans la rubrique "album". Nous, en tout cas, on ne s'en lasse pas, on espère que vous non plus 

Le seul bémol est le vent, terrible Il soulève les minuscules graviers de la piste, forme une mini-tornade qui fonce sur notre pare-brise,  genre "Twister" mais en beaucoup moins impressionnant mais ça surprend quand même un peu
Cliquez pour agrandir l'image
Peu de temps avant notre arrivée, la famille Mozet crève un pneu (le pneu est littéralement explosé!!!!!) alors pendant que José les aide, j'en profite pour passer l'aspirateur (on en a un petit super pratique surtout avec la poussière des pistes) et donner un semblant de propreté à notre habitacle !

Une fois la roue changée, nous nous approchons enfin du parc Torres del Paine (229000hectares!!!) et nous dirigeons vers ce que nous pensons être une des 4 entrées, mais qui s'avère être un site hôtelier juste à l'extérieur du parc.
Nous y allons quand même car le décor est sublime et qu'on ne nous dit rien

Super bivouac avec des chevaux juste à côtés, mais un vent qui ne nous lâche pas et qui a secoué le cc toute la nuit, nous faisant craindre pour les lanterneaux et les panneaux solaires
Personnellement, je n'ai presque pas dormi pensant que chaque bourrasque pouvait nous renverser C'est pas que je suis peureuse pourtant!!
Cliquez pour agrandir l'image

12 novembre 2011

Cliquez pour agrandir l'imageAprès cette nuit un peu agitée (le seul avantage, c'est le linge que l'on met dehors et qui sèche en un claquement de doigts!!!) et quelques photos supplémentaires de ce bivouac, nous allons à quelques kilomètres de là où se trouve une des entrées (celle qui est le plus au sud du parc).

Là-bas, une dame nous renseigne très gentiment sur ce que nous pouvons faire (pour les amateurs de randonnée, il y a des circuits différents pour une semaine complète), où nous pouvons nous garer et sur le prix ( elle ne fait payer que les adultes, ce sera donc 40€).

On commencera donc notre circuit par l'ouest du parc, du côté du lac Grey.
En nous arrêtant presque par hasard sur le parking d'un des hôtels, nous apercevons 2 icebergs et une vue exceptionnelle (il va falloir que j'enrichisse mon vocabulaire pour ne pas me répéter....) sur les montagnes
Nous passons donc le reste de la journée sur place et tout près de ces blocs de glace.
Après cet après-midi inoubliable, nous cherchons notre bivouac plus au nord, près du lac Pehoe.
Inutile de vous dire que le paysage qui défile sous nos yeux est, comment dirai-je, fantastique
Cliquez pour agrandir l'image


Copyright © 2012. Tous droits réservés.Dernière mise à jour: samedi 20 octobre 2012Contactez nous contact@leclubdessixenvoyage.com